Canonge, affiches

Canonge, affiches

Egalement en œuvre dans la réalisation Canonge (2009-2015), l’exploration ici d’un fichier d’identification du Ministère de l’Intérieur se décline, elle aussi, selon diverses variables. Amorcé en 2009, ce travail en cours se décline selon ces cinq entrées : Canonge, affiches (2009), Canonge, plaques (2009), Canonge, produits dérivés (2009-2011), Who is afraid of Black, White, Yellow and Arab ? (2009) et Gitan (2011-2015).

Canonge (2015-2009)

L’intitulé qui désigne cet ensemble, « Canonge », est emprunté au nom[1] porté par un fichier d’information utilisé aujourd’hui encore par les services de police et de gendarmerie du Ministère de l’Intérieur en France. Conçu en 1950, du nom de son inventeur l’inspecteur de police de la sûreté urbaine de Marseille, René Canonge, ce registre conçu comme une aide à l’enquête classait initialement les auteurs d’infraction en quatre catégories − trois couleurs et un adjectif d’origine géographique – qui tous les quatre ont la particularité de désigner à la fois un adjectif et le substantif qui, métonymiquement, s’y rapporte :

noir

blanc

jaune

arabe

Ce fichier, informatisé depuis 1992, est une base de données soumise aux victimes d’agressions. Celles-ci − en consultant les photographies de personnes dont le signalement est enregistré dans ce fichier – sont censées reconnaître et identifier leur(s) agresseur(s). « Faire un canonge » est une expression couramment utilisée dans les commissariats pour désigner cette procédure. Intégrée dans le STIC[2] qui recense actuellement près de 34 millions de personnes, cette base de données est alimentée au fil des affaires et des témoignages par l’état civil, la photo et la description détaillée des personnes arrêtées ou placées en garde à vue. En 2006[3], ce fichier comporte douze types ethniques dont l’attachement à la provenance géographique se développe et prend de l’ampleur alors que les nuances chromatiques se réduisent ; le « jaune » est oublié, seuls le « noir et le « blanc » persistent :

blanc-caucasien

méditerranéen

gitan

moyen-oriental

nord-africain-maghrébin

asiatique-eurasien

amérindien

indien

métis-mulâtre

noir

polynésien

mélanésien

Dans la remise du Rapport Officiel au Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités Territoriales élaboré en décembre 2008 et enregistré le 21 décembre 2011, la recommandation numéro 22, préconisant le remplacement de « la typologie ethno-raciale du STIC-Canonge et de son équivalent JUDEX[4] par les éléments du portrait-robot, dont la couleur de peau est une composante au même titre que la couleur des yeux et des cheveux par exemple[5] », n’a pas été retenue.

[1] Voir Laurent Chabrun, Eric Pelletier, Romain Rosso, « L’origine des délinquants », L’Express. Mis en ligne le 09 février 2006, [Consultation le 10 août 2014]. Disponible sur :
<http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/1-l-origine-des-delinquants_483039.html>.
[2] Le Système de Traitement des Infractions Constatées (STIC) est un fichier informatique de la police nationale française regroupant le signalement de personnes ayant des antécédents judiciaires dont le décret d’application du 5 juillet 2001 a donné une existence officielle à un fonctionnement jusqu’alors officieux.
[3] Comme je l’évoque plus loin, la classification de 2006 a été modifiée en 2008. Voir BAUER, Alain, SOULLEZ, Christophe, VENTRE, André-Michel, Mieux contrôler les fichiers de police pour protéger les libertés : rapport au ministre de l’Intérieur, Paris, la Documentation française, 2009, p. 143.
[4] JUDEX : Le système Judiciaire de Documentation et d’Exploitation est un fichier de police informatisé français du ministère de l’Intérieur regroupant les informations concernant les auteurs d’infractions interpellés par les services de la gendarmerie.
[5] Site de l’Assemblée Nationale, Rapport d’information n°4113 déposé en application de l’article 145 du règlement, par la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République sur la mise en œuvre des conclusions de la mission d’information sur les fichiers de police, enregistré le 21 décembre 2011, [Consultation le 10 août 2014.] Disponible sur :
<http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i4113.asp#P818_234723>, p. 145 de la version PDF du document.

 

Canonge, Affiches, 2009, 29,7 x 42 cm